•  

    Les repas de fête chez les riches Romains décadants

     

    Voyons donc comment se déroule un banquet. Les entrées offrent déjà des surprises ; puis les plats du premier service se succèdent, qui sont tous des plats surprises, par exemple un plat représentant les douze signes du zodiaque. Le second service fait apparaître un sanglier qui, lui aussi, révèle une série d'éléments inattendus. Le tout, bien évidemment, est copieusement arrosé de vins excellents et millésimés. Le dessert, lui aussi, sera assez incongru.... Notons d'ailleurs que, outre les plats­ surprises, il y a aussi et pas seulement chez Trimalcion , les goûts-surprises : on s'ingénie à mêler le sucré et les épices fortes ; les fruits eux­ mêmes accompagnent le minutal (en principe, rappelons­ le, un hachis de poisson) ; quant aux sucreries, les dulcia, elles sont presque toujours parsemées de poivre... Entre les services, on procède souvent à des sortes de loteries : les aphoreta sont des sortes d'étiquettes que l'on joint à des objets tirés au sort à la table du maître de maison, et, parfois, ce qui y est inscrit relève du rébus ou du calembour. On profite aussi d'odeurs : on peut goûter, par exemple, le filiatum, un vin aromatisé presque comme un parfum et qui vaut moins par son bouquet que par son amertume due à des essences comme la myrrhe, le cinnamome, le safran, etc. D'autres vins dégagent un parfum de fleur. Parfois ce goût d'aliments ou de boissons à tout prix inattendus aboutit à des désastres quasi immangeables.

     

     

    Par les Bibitors.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :